Cliquez sur les images pour agrandir

La Montagne Saint-Pierre est le plateau situé entre les basses vallées du Geer et de la Meuse.
Le sous-sol calcaire de cette contrée a été formé durant le Crétacé, une période remontant à plus de 65 millions d'années, dans un
milieu marin où s'épanouissaient des animaux, comme en atteste la découverte de nombreux fossiles dont le célèbre mosasaure.

Au cours des siècles, une végétation typique s'est progressivement installée dans cette région : les pelouses calcaires, surtout grâce à l'usage des pentes comme pâtures pour les moutons et les chèvres.
Comme il y a, en moyenne, ici peu de précipitations, que le soleil brille davantage, que les pentes sont bien protégées et que le sol calcaire est très perméable, on rencontre sur la Montagne Saint-Pierre des espèces végétales et animales très rares.

Il s'agit d'espèces souvent d'origine méditerranéenne, telles que le lézard des murailles, certaines orchidées et de nombreux insectes.
Pour préserver ce biotope unique des pelouses calcaires, il faut régulièrement débroussailler et défricher la zone.
Les vigoureux moutons de race Mergelland, prennent ensuite le relais pour entretenir ces pelouses où ils paissent en toute tranquillité.
L'exploitation séculaire de la marne a donné naissance à un impressionnant réseau de galeries souterraines dans cette région et c'est à présent devenu l'un des principaux centres d'hibernation pour des milliers de chauves-souris issues de toute l'Europe de l'Ouest.
La région compte aussi des dizaines de carrières de marne, de craie et de silex à ciel ouvert. Dès que cesse l'exploitation de l'une d'entre elles, la nature reprend ses droits de manière spectaculaire.

Grâce au projet Life, financé par l'Union européenne, deux associations de protection de la nature (Natagora et Natuurpunt) ont obtenu des subsides pour restaurer plus de 150 ha de pelouses calcaires parmi 23 sites belges.
Le site de la réserve naturelle de la Montagne St Pierre à Lanaye est parmi les bénéficiaires de ce projet.
Pas moins de 17 ha vont être réhabilité.

En effet, les pelouses sèches abritent une faune et une flore particulières et menacées. Leur surface s'étant fortement réduite ces
dernières années, le projet a pour but l'interconnexion et l'extension de ces zones fragiles.
Cependant, une zone boisée a été maintenue sur tout le pourtour, vu son extrême importance pour les chauve-souris.
La première phase, qui concerne 7 ha s'est terminée il y a peu. On va ainsi voir le retour dans ces pâturages d'une race de moutons rustiques, les Mergelland, dès qu les 4 km de clôture nécessaires auront été installés.

Les arbres abattus ont été valorisés dans différentes filières. L'automne prochain verra s'ouvrir la seconde phase, qui concernera 6 ha
et la dernière est prévue pour 2012/2013. Les orchidée, génévriers et épines-vinettes peuvent enfin revoir le jour.
La Montagne Saint-Pierre
Début 2011, le chantier de déboisement partiel de la Montagne Saint - Pierre - une réserve naturelle communale gérée par NATAGORA a commencé. 17 hectares de déboisement sont prévus au total jusque 2012.

Les déboisements permettront d'interconnecter des pelouses calcaires déjà existentes.
Massif calcaire devenu réserve naturelle, la Montagne Saint-Pierre met en avant ses spécificités exceptionnelles,
tant au niveau de sa faune que de sa flore.

Si ce site s'étend sur 50 ha répartis sur les Vallées mosane et du Geer, c'est surtout la partie visétoise qui est aménagée pour les balades, avec des parcours balisés sur plusieurs dizaines de kilomètres, tant pour promeneurs à pied que randonneurs à vélo.

De quoi admirer ce cadre superbe, avec ses nombreuses espèces d'orchidées ou ses grottes de tuffeaux et de silex, ainsi que les prairies sèches recréées occupée comme autrefois par des moutons.

Un endroit incontournable pour les amoureux de la nature.