Cliquez sur une vignette pour voir l'image en grand
Liège Trilogiport : les travaux ont été officiellement lancés!

Ca y est, les travaux de la plate-forme multimodale de Liège Trilogiport, cette zone exceptionnelle unique en Europe (100 ha) située le long du Canal Albert à Hermalle-sous-Argenteau ont officiellement été lancés ! Le premier coup de pelle symbolique de Liège Trilogiport a été donné ce mardi 9 décembre

Travaux préparatoires le chantier en cours
Pour pouvoir utiliser les 100 hectares de terrains stratégiquement situés le long du canal Albert à Hermalle-sous-Argenteau et quel que soit le projet qui y sera réalisé, des aménagements sont nécessaires. Un permis d’urbanisme a été obtenu en octobre 2008 pour réaliser ces travaux spécifiques. Un autre permis d’urbanisme sera ultérieurement demandé pour la réalisation du projet global. Cette demande sera précédée d’une étude d’incidences sur l’environnement, ainsi que d’une concertation qui débuteront le 2 avril prochain.

Focus sur les différents travaux en cours autorisés par le permis.

Mise à niveau du terrain le long du canal Albert
Afin d’atteindre une pente de 2% et de stabiliser la zone, des terres ont été amenées sur le site. Les stocks constitués accélèrent la consolidation des terrains. L’objectif est de limiter les tassements du sol lors de l’exploitation de la plate-forme.

Réalisation d’un merlon
Haute de 4 mètres, cette butte de terre est réalisée prioritairement afin de réduire le plus rapidement possible les impacts visuels et sonores des travaux et de l’activité future. Ce merlon sera ensemencé et planté dès l’hiver prochain.

Analyse des sols
Les anciennes gravières ont été déboisées pour permettre le prélèvement d’échantillons de terre. Il est important de s’assurer que les sols ne sont pas pollués. Une étude est en cours. Elle sera finalisée en mai 2009 et proposera, si nécessaire, des solutions de dépollution qui seront alors mises en œuvre.

Canalisation et modification du tracé du ruisseau
Afin de permettre l’utilisation optimale du site, le ruisseau doit être déplacé, canalisé et enterré.

Protection et déplacement de conduites
Une conduite de la société Air Liquide longe le site en bordure du canal Albert. Une dalle de béton armé de 15 cm d’épaisseur va renforcer la protection existante.
En collaboration avec la Défense nationale, le pipeline de l’OTAN sera déplacé partiellement afin de suivre le même tracé que celui du ruisseau.
Rappel des caractéristiques principales de Liège Trilogiport :
Superficie du terminal à conteneurs : +/- 15 hectares

Superficie des terrains :
Terrains portuaires : 14,7 hectares
Terrains logistiques : 41,7 hectares

Zone multimodale de 100 hectares en aval de Liège sur la rive droite du canal Albert, proche des frontières allemandes et hollandaises
Situé à 14 h de navigation d’Anvers et à 24 h de Rotterdam
Enfoncement admis : 3m40 sans variation
Raccordement au rail possible en 2011
Proximité Liège-Airport (8ème aéroport européen pour le fret) et la gare TGV de Liège
56 millions d’habitants dans un rayon de 250 km
60 % du pouvoir d’achat européen dans un rayon de 500 km.
Projet fondamental pour l’avenir de la région liégeoise et wallonne, Liège Trilogiport est incontournable pour assurer le redéploiement
économique de Liège
Dans le concret
Les travaux de construction de la plate-forme se dérouleront en deux phases.
D’une part, les travaux préparatoires de Liège Trilogiport ont débuté le 24 novembre 2008 et leur durée d’exécution est estimée à 200 jours ouvrables (environ 10 mois). Concrètement, ces travaux préparatoires d’aménagement du terrain consistent essentiellement en les points suivants :

la mise à blanc d’une superficie de +/- 20 Ha par débroussaillement, abattage d’arbres et baliveaux, essouchement et broyage ;
des opérations de terrassement comprenant des déblais, des nivellements, des remblais à compacter, la mise en place d’un stock de surcharge sur les remblais définitifs réalisés, la réalisation d’un merlon de protection à l’arrière du village, ainsi que des terrassements sous eaux ;

le déplacement du ruisseau existant avec canalisation dans un pertuis en béton armé ;
la fourniture et la pose d’un tronçon d’une nouvelle conduite Ø 10 pouces, servant au transport d’hydrocarbures à haute pression,
ainsi que les raccordements à la conduite existante ;

le dégagement sur +/- 2 000 mètres d’une conduite de transport d’oxygène et réalisation d’une dalle en béton armé de protection.

D’autre part, suivront ensuite les travaux d’infrastructure et d’équipement qui sont estimés, quant à eux, à 700 jours calendrier.
Cliquez sur une vignette pour voir l'image en grand
Il faut Flash Player pour voir la vidéo