Construit au Moyen Age, demeure des seigneurs d’Oupeye, Vivegnis et Petit Aaz,
Les écrits les plus anciens témoignant de l’existence de la forteresse d’Oupeye datent de 1176. Les seigneurs d’Oupeye, le prince d’Evêque de Liège et quelques autres familles nobles s’y succédèrent. Jusqu’en 1600 année où la famille Curtius « les célèbres marchants d’armes Liègeois » devint propriétaire du Château et le fit entièrement reconstruire (il avait notamment été incendié aux XII ème et XV ème siècle).
Par la suite, la possession du Château occasionna procès, siège des lieux et même un duel à l épée en pleine rue de Liège, se terminant par la mort de Mathieu de Sarolea. Un chanoine de Saint-Lambert, puis différentes familles
s’y succédèrent jusqu’au moment où, dans la seconde moitié du vingtième siècle, la commune d’Oupeye en devint propriétaire.












De l’architecture du XIIème siècle, demeure la structure générale de la tour aux épaisses parois (1 .70 m) avec portillons de guet.
Le corps du logis quant à lui, date du XVII ème siècle. Le donjon de grès et pierre bleue aux arêtes et baies, monte sur trois niveaux, plus un niveau inférieur à jours. Les parties hautes furent démontées après 1970 à cause du danger des ruines.

Légende

On prétend que le Château d’Oupeye a appartenu à Alpaïde la concubine de Pépin d’Herstal et qu’elle s’y trouvait le jour du meurtre de Saint-Lambert. On ajoute qu’au moment où les assassins achevaient leur œuvre, du sang apparu sur la pierre de l’embrasure de la fenêtre à laquelle Alpaïde était installée. Restauré de fonds en combles en 1980, le Château d’Oupeye est aujourd’hui un centre culturel à vocation régionale.
Cliquez sur une vignette pour voir l'image en grand